[RP] Game Over...

"BAM !" …

Tel un couperet, ce son sec et sourd fut le dernier qu'il m'ait été donné d'entendre dans ma vie… Quelle étrange manière que de mourir exécuter d'une balle dans la tête, avec pour seul repère visuel le regard sombre et froid de son bourreau.

Bien que morbide, cette triste fin s'avéra cependant être une conclusion méritée à une histoire qui semblait pourtant bien partie.

A l'origine, je devais infiltrer l'équipage d'un contrebandier de renommée. Une opération difficile et lente, mais que j'avais eu l'occasion d'accomplir avec succès par 6 fois déjà. L'expérience m'avait ainsi appris à côtoyer les bonnes personnes, aux bons endroits. Il ne me restait alors plus qu'à gagner la confiance de l'équipage pour embarquer sur les affaires les plus juteuses.

C'est du moins la manière avec laquelle j'avais procédé par le passé. Mais là… J'aurai dû me douter que le niveau de difficulté ne serait pas le même. Car après plusieurs mois à côtoyer l'équipage dans les bars, ou sur différentes affaires annexes, de menues importances, je n'avais rien : ni base, ni vaisseau, ni marchandise… Aussi qu'elle ne fut pas ma satisfaction lorsque je fus enfin convier à ce qui s'apparentait être l'une des courses les plus importantes qu'il m'ait été donné d'infiltrer !

Etait-ce l'impatience, la curiosité, l'excitation ? Je n'en sais rien. Mais toujours est-il que je me rappelle avec une rare précision la première fois que j'ai vu le "Black Hope". L'imposante taille de ce vaisseau était en partie masquée par l'obscurité du hangar dans lequel il trônait. Mais il s'en dégageait une telle aura que j'en avais marqué le pas. Mes yeux s'habituant au noir, diverses marques sur la coque m'apparurent. Telles des cicatrices, elles étaient le signe d'une vie longue et difficile. Des combats, il avait dû en voir passer… Etonnant d'ailleurs. Car jamais je n'aurai pensé qu'un Banu Merchantman, le vaisseau dont je vous parle, aurait pu tenir la dragée haute aux plus fins limiers de l'UEC.

L'efficacité du chargement était à la hauteur de la réputation de l'équipage et, malgré leurs affectations respectives, ils s'attelaient tous à cette tâche généralement laissée aux petites mains. Mais il est vrai que le chargement d'armes illégales implique un degré de confiance que l'on ne peut décemment demander aux indigènes…

Après une formation accélérée et de longues heures d'efforts, je voyais enfin la soute se remplir dans son intégralité lorsque le Capitaine fit son entrée. Il s'appelait Kazar, mais son équipage avait pour habitude de le nommer Zarr. Le respect qu'il avait acquis auprès d'eux était sans commune mesure avec ce que j'avais pu rencontrer dans mes précédentes péripéties et je ne fus dès lors pas surpris qu'il n'ait pas eu besoin de le demander pour que tout le monde stoppe sa tâche et écoute ce qu'il avait à dire.

L'exactitude de ses mots n'est pas importante. Il s'agissait de simples recommandations, s'apparentant plus à un "on fait comme d'habitude les gars" qu'à une définition claire et nette de notre mission. Tous savaient que faire. Mais pas moi… Le Capitaine dû le sentir et, en passant devant moi, il mit sa main sur mon épaule et lâcha brièvement : "Ne t'en fais pas… Tu n'as qu'à suivre le mouvement. Ca va bien se passer".

"Ca va bien se passer"… Je n'en étais pas si sûr… Et j'aurai aimé en savoir plus en cas de pépins. Je devais faire avec, ou du moins sans. L'improvisation, j'en avais l'habitude. Mais là, j'avoue que j'avançais dans le noir complet. C'est donc non sans appréhension que je m’installai dans le siège du pilote.

Les coordonnées m'étant enfin communiquées, je compris que le trajet serait long. Plusieurs points de saut étaient nécessaires pour arriver à notre lieu de rendez-vous. La confiance que je pensais enfin avoir acquise était toujours limitée, car je n'avais toujours pas plus d'information. Mais qu'importe, j'avais suffisamment de temps devant moi pour rechercher les données nécessaires à mon commanditaire…

Les quarts défilèrent et je passais mon temps libre à satisfaire ma curiosité : que pouvait bien me cacher ce Black Hope ? La taille des réacteurs expliquait sa rapidité, mais qu'en était-il du reste ? Force est de constater qu'ils avaient bien fait les choses. Axé sur la furtivité, tout avait été mis en place pour réduire leurs émissions. Et pour contrer les radars les plus avertis, un bouclier de pointe et une centrale haute performance avaient été installés pour déguerpir au plus vite. Leur faiblesse était cependant là; hormis 2 gros canons fixes sur l'avant, rien ne destinait ce vaisseau au corps à corps. Lourd et peu agile, sa manœuvrabilité rendrait difficile l'interception de plus petits vaisseaux.

A quelques heures de notre point de rencontre, Kazar appela ses troupes sur le pont. Dernières consignes pour la phase d'approche. Rien d'exceptionnel. Il ne se doutait vraisemblablement de rien… Et je me surprenais déjà à calculer le montant de ma prime…

Sortie du saut. Alerte des détecteurs. L’opérateur radar annonce au Capitaine qu'un comité d'accueil nous attendait. "Mon Capitaine, 2 Constellations et 1 Gladius nous invitent à stopper nos moteurs et coopérer à leurs instructions". 4 ou 5 secondes passèrent avant que Kazar ne réagisse. Ce fût une éternité à mes yeux. Calme et posé, assis dans son siège, il ne laissait percevoir aucune inquiétude… Un fin rictus se dessina alors sur ses lèvres et il dit : "Offrons leur un Back to Face les amis…". Cris de joie et excitation générale accueillirent cette annonce. Mais qu'entendait-il par-là ? Mon cœur s'emballait. Pourquoi n'obtempéraient-ils pas ? Jamais ils n'auraient eu l'agilité nécessaire pour un tel combat ! Mon inquiétude était si visible que je reçu ordre de laisser ma place à une personne accoutumée à ce genre de manœuvre.

Cantonner par la force des choses à un poste d'observation, j'observais Kazar au poste de commande : "Messieurs, chacun sait ce qu'il lui reste à faire. A mes instructions, exécution !". S'en suivi alors une série d'ordres, précis et concis.

Il commença par ordonner au pilote de foncer pleine vitesse sur le Constellation nous faisant face. Effet de surprise assuré pour ceux qui pensaient être en position de force. L'intégralité de la puissance dirigée sur les armes, les artilleurs furent invités à entrer dans la dance. Judicieux, car en pleine ligne de mire et à l'arrêt, la cible se prit des salves si importantes qu'elle explosa avant même d'avoir pu réagir. Le Black Hope, en pleine lancée, traversa l'épave encore en feu, suivi de près par le reste des agresseurs, maintenant très alertes.
Le Capitaine ordonna alors un réajustement de l'énergie sur les boucliers arrière. La fuite semblait être de mise. Je fus dès lors surpris d'entendre l'ordre de calquer notre vitesse sur celle du Constellation à notre poursuite. Nous maintenions à présent volontairement une distance constante. Stratégie peu rassurante, d'autant que nous sentions avec crainte chacun de leurs tirs. Mais il est vrai que les boucliers et autres contre-mesures jouaient leurs rôles respectifs avec une étonnante efficacité.

A cette vitesse, nous perdîmes le Gladius en quelques minutes seulement. Notre assaillant quant à lui, ne lâchait rien. Kazar ordonna alors à son équipage de se tenir prêt. "Mais prêt à quoi ?!" avais-je envie de crier… Bien que non prononcée, la réponse à ma question ne se fit pas attendre. "Attention… Maintenant !" cria-t-il.

En l'espace de quelques secondes, le pilote découpla la propulsion et fit faire un demi-tour au vaisseau. Le Constellation se retrouva en plein dans notre ligne de mire frontale, les boucliers orientés maintenant vers l'avant. Je comprenais alors ce que le Capitaine entendait par "Back to Face". A vitesse constante, distance constante. Maintenant face à face, le manque d'agilité du Black Hope n'avait plus aucune importance, puisque seule comptait à présent la puisse de feu. Notre poursuivant n'avait dès lors plus que 2 choix : prendre la tangente et devenir une proie, ou s'acharner sur nous. Il fît le second choix… et parti rejoindre son confrère dans une explosion à la mesure de son entêtement.

L'équipage au complet laissa éclater sa joie. Mais pas moi… Echapper à une mort que l'on avait indirectement soi-même fomentée m'était difficile à réaliser. Je remarquais alors ne pas être le seul à contenir mes "émotions". Le Capitaine restait là, stoïque… "Ce n'est pas terminé Messieurs" lâcha-t-il. Il fit couper les moteurs et scanner les environs à la recherche du Gladius laissé en arrière. Rien. Nous restions là, sans bouger, à attendre. Kazar interrompit alors ce silence devenu pesant en alignant une nouvelle série d'instructions : "Jay, amène nous vers la première carcasse, je veux savoir ce qu'il en est d'éventuels survivants ou matériel à récupérer. Gump, je veux toute ton attention sur l'écran des radars. Sam, averti notre mandant que sa cargaison l'attendra sur le site B. Et envoi les coordonnées des épaves à Jack… Précise-lui au préalable que notre quote-part reste inchangée." Sa voix était calme et posée; elle tranchait avec l'excitation qui régnait encore. Je comprenais maintenant l'origine de sa réputation et réalisa avec aigreur que je l'avais largement sous-estimé.

Il me regarda alors d'un air sombre et froid, et me demanda de me lever. Il sorti de son fourreau son arme et la pointa sur mon front, bras tendu. De longues secondes passèrent sans que mots ne soient dits. Mes pensées, elles, s'agitaient comme jamais : comment a-t-il su ? Le savait-il déjà au moment de notre départ ? Quelle erreur ai-je pu bien commettre ?

Un nombre incroyable de questions fourmillaient dans ma tête lorsque qu'il lâcha un "Game Over…", suivi du son sec et sourd : "BAM !"…

🤟 x 1

On sous estime trop l'importance d'en faire beaucoup trop…

Kazar

Membre BN

Messages: 62
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Sur l'ancien site, je crois que tu n'avais eu aucune réponse. Alors je te le dis ici: j'ai adoré le lire.
Ca m'avait l'air relou à lire, je saurai pas te dire pk, mais je l'ai lu tic tac fini !

SPOIL:
J'ajouterai que la ligne "Quelle étrange manière que de mourir exécuter d'une balle dans la tête, avec pour seul repère visuel le regard sombre et froid de son bourreau."
J'ai bien aimé qu'on commence par là… sauf que sur le coup j'me suis dit "fait chier quoi, déjà on sait direct que Kazar va crevé, et ensuite, bah s'il creve ya pu de Kazar…"
Donc bien vu ;)



Roken

Leader

Messages: 447
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Ah ah merci !
J'ai voulu en effet commencer de manière original. Content de voir que le but recherché a été atteint !


On sous estime trop l'importance d'en faire beaucoup trop…

Kazar

Membre BN

Messages: 62
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Pour ceux qui se feraient draguer par l'inspiration, je vous lance un défi : narrez la même histoire, mais sous l'angle d'un membre de l'équipage. Si vous utilisez votre propre pseudo, je modifierai le texte d'origine pour en tenir compte ;)


On sous estime trop l'importance d'en faire beaucoup trop…

Kazar

Membre BN

Messages: 62
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Challenge Accepted !

👍 x 1


Roken

Leader

Messages: 447
Discord: Hors-ligne
Décorations:

C'est chouette de voir que vos histoires se croisent, je trouve que ça donne un vrai plus, car après tout, faut bien que tout le monde se rencontrent d'une manière ou d'une autre ! J'avais une idée similaire, c'est motivant du coup ! 🙂


Steel

Membre BN

Messages: 47
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Pas un pas deux mais trois points de sauts qu’il devait traverser, autant dire un périple de plusieurs jours, s’il s’en sortait bien. Et cette fois ci, pas de délégation armée, pas de vaisseau haut en couleur et en panache, cette fois ci, comme souvent ces derniers temps, il fallait s’y rendre incognito…

Alors quelle ne fut pas sa joie d’apprendre que l’un des siens empruntera deux de ces trois points de saut courant milieu de cette semaine. Quand on lui précisa que c’était un convoi mené par Kazar, la joie laissa place à la perplexité. En effet, Roken aimait voyager avec des pilotes plus conventionnels, des types plus spécialisés dans le convoi de luxe que dans la fuite ou la course. A dire vrai, on se demande encor souvent ce que fait Roken dans une corporation de hors la loi comme Bad Neighbor !

Roken parti s’installer plus loin dans le hangar, et tel le dignitaire de haut rang qu’il était, observa tout ce fourmillement d’hommes affairés à remplir au mieux et au plus vite ce Banu Merchantman.

Le rythme était comme orchestré par un chef de cérémonie que tout semblait désigné par Kazar, et Roken semblait contempler la mécanique de son organisation criminelle et particulièrement le leadership du capitaine du vaisseau. Ici ça a toujours été clair, Kazar est le seul maitre à bord de son vaisseau. C’est donc Kazar qui donne les ordres et on ne répond qu’à lui. Tout le petit monde s’activait pour terminer sa besogne dans les temps afin de s’accorder une dernière soirée à boire.

Roken, lui, observait, et ne s’en cachait pas. Kazar vint à lui :

Et toi tu envisages de donner un coup de main ?
Pourquoi ? Ils ont l’air de très bien se débrouiller tes gars. D’ailleurs c’est moi ou il y a beaucoup de sous traitance ? Lança comme un défi mais aussi comme un reproche le diplomate.
Dans ce vaisseau, sur ce hangar, sur cette mission, tu le sais bien, c’est moi le chef !
Mais tu vas bien en sortir tôt ou tard de ce vaisseau, de ce hangar, de cette mission ? demanda Roken dans un sourire malicieux.

Finalement les deux hommes laissèrent place à un sourire complice, et Kazar laissa son diplomate à l’une de ses activités préférées, l’observation !

C’est d’ailleurs en observant Kazar lui tourner le dos qu’il remarqua un des hommes de l’équipage, un type qui lui était totalement inconnu, ce qui l’étonna d’ailleurs, Kazar ne crachant pas sur la main d’œuvre, mais généralement une main d’œuvre qui lui est familière. Marvin Rokentr’l interrogea donc son mobiglass, et via sa connexion VPN sécurisée, se renseigna sur l’expédition. C’est Dash Trent qui lui fournira les dernières informations dont il avait besoin. Et en effet, ce convoi allait rapporter un max de crédit à l’organisation, mais à écouter Kazar parler à ses hommes comme aux hommes du clan, c’était une course de routine.

Roken s’attarda encor un peu plus sur l’inconnu, et le froncement de ses sourcils sembla alerter un de ses vieux compagnons :

Salut Roko, tu fais le voyage avec nous ?

Sans un regard pour Zubrov, bien qu’il ait reconnu sa voix, il acquiesça et ne lâcha toujours pas du regard le nouveau. Ne se vexant pas le moins du monde, Zubrov regarda à son tour dans la même direction :

Ah lui c’est un nouveau. Cherche pas on le connaît pas il n’est pas d’la maison. Zarr l’a recruté ya d’ça 2 mois. Je sais même pas s’il sait pour qui il bosse ce con !

N’en attendant même pas une réponse, Zubrov reprit de plus belle le chargement de la soute en compagnie de ses collègues.

Roken adorait ce qu’il voyait, un mélange de membres affilié à son organisation tenait la sécurité des lieux et quelques hommes propres à Kazar en charge de la surveillance mais relativement peu armés pour ces derniers. Le chargement était quant à lui géré exclusivement par les membres de l’organisation, comme s’il était trop précieux pour le confier au premier venu. Et au milieu de tout ça, Kazar, qui distillait ses consignes et Roken qui n’en foutait pas une. Il y avait bien l’inconnu de service, qui tentait de faire bonne figure mais qui était en totale désynchronisation avec les autres.

N’oubliant pas pourquoi il était là, et tenant absolument à conserver son anonymat, Roken s’interdit d’aller en savoir plus en interrogeant directement l’invité, préférant rester en retrait.

Jusqu’à l’embarquement, Roken ne fit rien d’autre que d’observer tout le monde et toute chose ainsi que prendre de nombreuses notes. Puis finit par envoyer plusieurs messages à ses amis et camarades dont Kazar.

Le transport jusqu’au premier point de saut ne fut pas particulièrement animé. Ce qui était toutefois bon signe, autant pour la confidentialité que pour le plan de vol concocté. C’est à la sortie du point de saut que tout se gâta. A peine sorti que les alarmes retentirent et l’opérateur radar qui s’affole : 2 Constellations et 1 Gladius, ça fait beaucoup !

Égocentrique, comme à son habitude, Marvin pensa immédiatement à ne surtout pas se faire attraper, ce qui serait une catastrophe pour son image ainsi que celle du clan. Mais le changement de pilote par un de leur meilleur homme eut tendance à le rassurer.

Offrons leur un Back to Face les amis…

Désormais, il n’attendait qu’une chose, voir à l’œuvre le back to face annoncé par le capitaine !

Mais l’un des hommes de Kazar semblait avoir eu des instructions. La bataille avait déjà pris part et un constellation explosa droit devant eux quand un grand type aux cheveux gris vint à Roken pour l’inviter à se rendre dans une salle plus sûre, invitation qu’il accepta. Il ne vit donc rien du dernier combat ni du Back to face, ni même l’excellence des tirs des artilleurs. Il n’en avait vécu qu’un capharnaüm infernal balancé à droite puis à gauche dans la salle où il se tenait, tentant vainement de tenir debout plutôt qu’assis et attaché comme on lui avait conseillé.

Le calme était revenu aussi vite que les tirs avaient commencé. Roken ne tenait plus en place, regrettant amèrement depuis de longues minutes déjà d’avoir accepté de sortir du cockpit, il emprunta le couloir l’amenant au capitaine, marmonnant en furie

« Fais chier va falloir scanner la zone et se barrer au plus vite, et merde faut qu’on sache qui sont ces fils de putes ! »

A mesure qu’il avançait vers l’entrée du cockpit, il sentait la tension monter, l’air pesant. A quelques mètres, il vit les deux hommes au poste de garde ne regarder que dans une seule direction, d’un air profond et sérieux. Tous avaient le même regard, la même mine grave. A mesure qu’il approchait, il remarqua que chaque mec qui lui apparaissait regardait vers quelque chose, quelqu’un… ça y est, il le voyait, Kazar… pointer de son flingue le front de l’autre inconnu, le désynchronisé.

Il stoppa sa marche, tous étaient figés, de longues secondes passèrent sans que mots ne soient dits. Ses pensées, elles, s'agitaient comme jamais : pourquoi le braque-t-il ? Mais qui est ce mec ? qu’est-ce que Kazar sait que lui ne sait pas ?

Un nombre incroyable de questions fourmillaient dans sa tête lorsque que Zarr lâcha un "Game Over…", suivi du son sec et sourd : "BAM !"…

🤟 x 1


Roken

Leader

Messages: 447
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Yeah excellent Roken. J’adore les histoires croisées comme ça ! Défit relevé avec succès ! 👍🏼


On sous estime trop l'importance d'en faire beaucoup trop…

Kazar

Membre BN

Messages: 62
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Par Steel » 20 Février 2018, 19:44


C'est chouette de voir que vos histoires se croisent, je trouve que ça donne un vrai plus, car après tout, faut bien que tout le monde se rencontrent d'une manière ou d'une autre ! J'avais une idée similaire, c'est motivant du coup ! 🙂

N’hésites pas à te joindre à nous ! 😉


On sous estime trop l'importance d'en faire beaucoup trop…

Kazar

Membre BN

Messages: 62
Discord: Hors-ligne
Décorations:

Graaaave viens Steel… viiiiiiens…. mais viiiiiiiens j'te diiiiis 😆

Sinon Zarr est-ce que tu as lu mon finish ? C'est volontaire le plagiat légèrement modifié heiiin 👍

Allez Steel à ton touuuuuurr !



Roken

Leader

Messages: 447
Discord: Hors-ligne
Décorations: