I want you : l’affiche de recrutement à la mode dans les jeux online Jeux vidéo

Pourquoi il faut arrêter de reprendre et détourner bêtement cette affiche de propagande pour en faire un poster de recrutement pour guilde.



Contravention de 90 balles pour mauvais goût !

Quand une guilde/team/corpo/etc… veut recruter, elle tentera de se démarquer de la multitude de teams randoms déjà présentes sur le jeu en question (et qui pullulent à chaque fois comme une nuée mouches sur une mouette morte) en essayant de se présenter dans un premier temps avec originalité. Le joueur de qualité est attiré par une communication qui sort du lot car cela signifie que la team en question est sérieuse dans sa démarche, a le soucis de bien faire et prend le temps de réfléchir à la meilleure façon de se mettre en avant ce qui implique que les dirigeants de cette team sont potentiellement assez intelligents et lucides pour entreprendre quelque chose de viable.
Dans un deuxième temps, on essaiera toujours de réaliser des affiches de recrutement ou de présentation avec un niveau graphique et créatif correct mais si les compétences dans ces domaines sont limitées on préférera un bon texte bien mis en page plutôt qu’une affiche dégueulasse pouvant causer du tort. C’est un peu comme les fautes d’orthographe, si on ne sait pas écrire on corrige sur google et si on est incapable de rédiger un texte avec une syntaxe correcte on n’écrit pas et on demande à un autre de le faire. Dire que les gens qui sont à cheval sur la bonne écriture de la langue française sont appelés des « grammar nazis »…





Bref, pourquoi dans ce cas trouve-t-on une chiée de ces détournements de ce poster de propagande signé Edward Bernays ? Par ce que c’est rigolo et cool de détourner cette affiche américaine super connue que tout le monde reprend sans trop savoir d’où ça vient ?

Alors je sais bien qu’aujourd’hui (ou au jour-d’aujourd’hui pour ceux qui ne savent pas ce que veut dire « hui ») plus ça va et plus la culture c’est ringard. Se documenter ça te fait réfléchir et réfléchir ça donne mal à la tête et en plus si tu sors du « politiquement correct » on te regardera de travers comme si t’étais fou. Mais c’est en connaissant un peu le sujet qu’on peut se permettre d’en débattre avec les autres. C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnait les cons dans notre société car comme dirait Lino Ventura dans « Les Tontons flingueurs » : « les cons ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait » et je rajouterais que leur grande spécialité est d’affirmer des choses qu’ils ignorent. Hop, on referme la parenthèse et on enchaîne.



L’enculé number 1

Edward Louis Bernays, né à Vienne en Autriche le 22 novembre 1891 et mort à Cambridge (Massachusetts) le 9 mars 1995 (à 103 ans), est considéré comme le père de la propagande politique institutionnelle et de l’industrie des relations publiques. Voilà, ça c’est sur Wikipedia. Premier point important qui aidera tout le monde dans la vie, c’est de savoir qu’à partir d’aujourd’hui, quand vous rencontrerez quelqu’un qui vous dira : « je bosse dans les relations publiques » vous pourrez être sûr que vous avez en face de vous quelqu’un qui va essayer de vous enculer.
Pour faire court, Bernays (articulez bien quand vous parlerez de ce type en soirée entre potes sinon on va vous conseiller de vous en servir pour accompagner poissons et viandes grillées) est le neveu de Freud, le mec qui a inventé la psychanalyse (grosse connerie aussi mais c’est un autre sujet). Le mec a utilisé le travail de son tonton, couplé ça avec le travail d’autres mecs (Gustave Le Bon et Wilfred Trotter) sur la psychologie des foules, passé tout ça au blender pour en ressortir un coulis de chiasse à faire avaler aux pauvres cons que nous sommes afin de bien les triple-fister qu’il nomma « fabrique du consentement ». Eddy a inventé des méthodes pour utiliser la psychologie du subconscient dans le but de manipuler l’opinion publique.





Alors, au début c’était plutôt cool pour nous car c’était pour faire entrer les USA en guerre contre les chleus en 1917. Là où ça part en cacahuète, c’est quand il a commencé à bosser pour des grosses firmes comme Lucky Strike ou sa mission menée avec succès était de faire fumer les femmes. Conseiller pour de grandes compagnies américaines, Bernays a mis au point les techniques publicitaires modernes afin d’encrer dans le crâne des gens des idées les plus débiles et absurdes les unes que les autres. Par exemple, dans un registre qui semble inoffensif, c’est lui qui a réussi à implanter dans la culture populaire américaine qu’un bon petit-déjeuner d’homme viril et fier était constitué d’œuf et de bacon. L’industrie agroalimentaire des Etats-unis produisait trop de porc et il fallait donc trouver une solution pour résoudre ce petit problème de surproduction. Avant les ricains mangeaient céréales et fruits au p’tit dèj’, maintenant ils bouffent du gras et sont obèses. Au début des années 1950, il orchestra des campagnes de déstabilisation politique en Amérique latine, qui accompagnèrent notamment le renversement du gouvernement du Guatemala, main dans la main avec la CIA. Il a inventé cette technique moderne qui consiste à plier nos esprits aux projets de certains, technique que l’on nomme communément « propagande » et dont on pense être épargné dans notre monde libéral par ce qu’on est apparemment du côté des gentils.

Pour lui, une foule ne peut pas être considérée comme pensante, seul le « Ça » s’y exprime, c’est-à-dire les pulsions inconscientes. Pour Bernays, la démocratie doit être pilotée par la minorité intelligente, c’est-à-dire, par l’élite. Le père de notre « monde de merde » comme dirait Georges Abitbol.

Il est avéré que Joseph Goebbels, le chef de la propagande de l’Allemagne Nazie a tout pompé sur Bernays. Le livre “Crystalizing Public Opinion” ornait sa bibliothèque et il l’a sûrement appris par cœur le salopard. La propagande du XXe siècle n’est pas née en Allemagne Nazie contrairement à ce qu’on martèle constamment à la télé mais bien des élites américaine qui nourrissaient une pensée profondément anti-démocratique puisqu’elles œuvraient dans le but de manipuler le peuple.

Je ne mets volontairement pas de sources car il suffit de taper le nom de ce connard sur google pour y trouver son compte. Cette affiche est le travail le plus représentatif d’une des plus grosses raclures de bidet que la Terre est jamais enfanté.





Voilà, moi je dis ça… Ça va sûrement en faire chier plus d’un mais après vous faites ce que vous voulez.


Cet article a été écrit par : Fistounet

0 commentaires

Laisser un commentaire via le forum